Les paysages incroyables du Salar d’Uyuni et du Sud Lipez

Un désert de sel qui s’étend sur des centaines de kilomètres, des lagunes de toutes les couleurs… Les photos du Salar d’Uyuni et du Sud Lipez que l’on voit sur internet et dans les magazines sont magnifiques et donnent envie fouler le sol de ces incroyables paysages. Et quand on se retrouve devant, le décor est encore plus saisissant !

Retrouvez toutes les informations pratiques (compagnie de bus, horaire, prix, agence…) à la fin de cet article.

Après 10 heures de bus depuis La Paz, je débarque à 5 heures du matin encore somnolente à Uyuni dans une atmosphère de Far West. A la sortie du bus, quelques locaux nous accostent pour nous emmener dans leur restaurant. Après un bon petit déjeuner et dès l’ouverture des agences, je pars à la recherche d’une excursion de trois jours pour partir le jour-même. N’étant pas dans la haute saison, je n’ai eu aucun mal à trouver de la place. Le parcours proposé est à chaque fois quasiment identique, le prix varie de 700 Bs à 900 Bs avec un guide en espagnol. Vu mon faible niveau dans la langue natale de la Bolivie, je voulais un guide parlant anglais mais malheureusement le prix est beaucoup plus élevé et il faut compter environ 1300 Bs. Je me suis résignée et finalement cela ne m’a pas posé trop de problème et par chance il y avait un voyageur dans mon groupe qui nous faisait la traduction. Il y a une multitude d’agences à Uyuni, j’en avais déjà présélectionné quelques-unes auparavant car apparemment il n’est pas rare d’avoir des problèmes d’ébriété avec les chauffeurs. A 10h, j’embarque donc avec l’agence Andes Salt Expeditions, sous un soleil magnifique dans un 4×4 en compagnie de 5 autres voyageurs et de Raymundo, notre guide pour ces trois jours. Et nous voilà partis pour un périple de 1000 kilomètres à travers le Salar d’Uyuni et le Sud Lipez.

Jour 1 – Le Salar d’Uyuni : du cimetière de train au désert de sel

Le cimetière de train et Colchani

Le cimetière de train situé à quelques kilomètres d’Uyuni sera notre premier arrêt où de vieilles locomotives à vapeur qui transportaient des minerais ont été laissées à l’abandon. Nous sommes loin d’être les seuls à faire cette excursion, ce qui est un peu frustrant pour prendre des photos… Mais comme tout le monde je m’amuse à monter sur ces carcasses de train taguées. Puis nous faisons un arrêt rapide à Colchani, un petit village à l’entrée du Salar où les locaux attendent les touristes avec leur stand de souvenirs.

Le désert de sel

Nous faisons la halte déjeuner dans un restaurant insolite : les murs, les tables, les chaises… tout est fait entièrement de sel. Raymundo prépare le repas pendant que nous découvrons les environs, du monument construit pour le passage du Dakar en Bolivie en 2016 aux nombreux drapeaux plantés par les voyageurs. Dans ce décor original, je gouterai pour la première fois à un plat complètement typique, la viande de lama.

L’après-midi qui suivra sera magique. Le désert de sel est un vrai terrain de jeu pour faire les fameuses photos en perspectives et Raymundo est bien équipé : une figurine de dinosaure, un paquet de pringles, un frisbee…

L’Isla Incahuasi

Après cette partie de rigolade et une bonne dose de photos collectors, nous nous dirigeons vers l’Isla Incahuasi, l’île aux cactus. Une étrangeté de la nature, en plein milieu de désert on voit apparaître une colline de corail, parsemée d’une centaine de cactus. L’entrée étant payante (30 Bs), beaucoup de voyageurs décident donc de contempler les cactus d’en bas mais personnellement j’avais bien envie de déambuler dans ce paysage. Avec Marco, l’italien du groupe, nous avons donc grimpé sur les hauteurs de l’île et je n’ai aucun regret, la vue sur le Salar est magnifique. Pour moi, c’était vraiment une expérience inédite de marcher au milieu de cactus géants.

Le coucher de soleil sur le Salar d’Uyuni

J’avais décidé de faire ce voyage sur fin mars, à la fin de la saison des pluies, malheureusement le phénomène El Nino s’est prolongé cette année entrainant une météo assez pluvieuse pendant ma première semaine de voyage. Mais finalement cette météo s’est avérée plutôt positive en Bolivie puisque j’ai eu la chance de voir le Salar sous une fine pellicule d’eau donnant un effet miroir absolument parfait. Rajoutez un coucher de soleil, la journée s’est finit en beauté !

La nuit dans un hôtel de sel

Il est ensuite temps de reprendre la route en direction d’un hôtel atypique fait lui aussi complètement de sel. Un bon repas, une douche plutôt froide et une bonne nuit au chaud, me voilà prête pour attaquer la deuxième journée qui sera sous le signe des lagunes.

hotel de sel

Jour 2 – Le Sud Lipez : des lagunes et des paysages rocheux

Les lagunes

Ce jour-là, nous parcourons plusieurs centaines de kilomètres bercés par la musique latino de Raymundo.  Les lagunes du Sud Lipez sont toutes magnifiques comme le Cachi lagoon ou Chulluncani lagoon.

Mais la plus belle à mes yeux est la Laguna Colorada, de couleur rouge, peuplée de flamants roses et de lamas. Celle-ci se trouve dans la réserve naturelle de faune andine Eduardo Avaroa où l’entrée est payante (150 Bs). Comme au Machu Picchu, il est possible de faire tamponner son passeport à l’entrée du parc, un souvenir plutôt original, pensez-y !

Des paysages rocheux et volcaniques

Les paysages défilent sous mes yeux, des montagnes volcaniques aux déserts rocheux comme le désert de Siloli avec ses sculptures naturelles dont le fameux Arbol de Piedra. Nous rencontrons aussi quelques animaux pas très farouches qui prendront la pose sous mon appareil photo.

L’hôtel perdu au fin fond du Sud Lipez

L’hébergement pour la deuxième nuit, perdu dans un minuscule village est plus sommaire. La chambre n’est pas chauffée mais avec mes couches de vêtements et mon duvet, je n’ai pas trop souffert du froid. Par contre, étant à plus de 4000 mètres, le mal de l’altitude s’est bien fait ressentir mais c’est sans compter sur Raymundo et sa potion magique qui redonnera un peu d’air à mes poumons.

Jour 3 – Le Sud Lipez : un paysage lunaire

Fumerolles, geysers et source d’eau chaude

Réveil très matinal pour ce troisième et dernier jour, à 5 heures du matin, nous voilà dans notre 4X4 à grimper jusqu’à 4800 mètres où un paysage de geysers et de fumerolles nous attend. Malgré le froid et l’agréable odeur d’œuf pourri, le décor est saisissant.

L’étape suivante est une aubaine pour mes pieds congelés, pour 6 Bs, il est possible de se baigner dans une source d’eau chaude naturelle, un vrai bonheur !

Laguna verde et retour à Uyuni

Requinqués, nous arrivons au dernier spot de notre excursion : la Laguna Verde, qui malheureusement n’aura pas cette couleur verte qui la caractérise car apparemment celle-ci n’est visible qu’à certaines heures de la journée. C’est temps maintenant de faire nos adieux, certains partent direction San Pedro de Atacama au Chili et pour d’autres comme moi, nous reprenons la route pendant plusieurs heures pour retourner à Uyuni en passant par Rock Valley.

Mon voyage se poursuivra en Bolivie au bord du lac Titicaca. Je quitte donc mes compagnons de route le soir même, des images plein la tête de cette expérience inédite en 4X4 dans des paysages presque irréels.


Informations pratiques :

Agences consultées : Andes Salt Expedition, Esmeralda Tour, Salty Desert Aventure
Agence choisie (que je recommande) : Andes Salt Expedition – Prix pour 3 jours : 700 Bs avec un guide espagnol
Prix de l’excursion avec un guide en anglais : 1300 Bs


A rajouter en plus du prix :
Entrée Isla Incahuasi : 30 Bs (facultatif)
Entrée Réserve naturelle de faune andine Eduardo Avaroa : 150 Bs
Baignade source d’eau chaude : 6 Bs (facultatif)

Bus :
Trajet La Paz-Uyuni : avec la compagnie Panasur – Horaire : 19h30-5h – Prix : 100 Bs
Trajet Uyuni-La Paz :
avec la compagnie Panamericana – Horaire : 20h30-6h – Prix : 100 Bs

 

 

 

 

No Comments

Laissez un commentaire