D’Adelaide à Alice Springs : le bush australien et Uluru

N’ayant pas trouvé de partenaire de route pour aller jusqu’au fameux désert australien où se trouve l’énorme rocher Uluru-Ayers Rock, j’ai décidé de réserver une excursion organisée. Je suis donc partie pendant 6 jours et 5 nuits avec Groovy Grape d’Adelaïde à Alice Springs pour 815$ tout inclus (en promotion sinon c’était 915$). 

Jour 1 – Alligator Gorge dans les Flinders Range

Le mini-bus est venu me récupérer directement à mon auberge de jeunesse à 6h30 du matin, nous étions au total 18 avec une très grosse majorité de filles (16) et 2 garçons dont Dan, notre guide australien ! Je peux déjà vous dire qu’il y a eu une superbe ambiance, on a bien rigolé et qu’il n’y a eu aucune tension pendant ces 6 jours.

Nous avons passé la matinée à rouler et nous sommes arrivés à midi au Bush Camp où nous allions passer la nuit vers la petite ville de Wilmington. Nous avions le choix de dormir soit dans un bungalow soit à la belle étoile dans un swag (comprenez un sac de couchage de luxe !).

Après avoir cuisiner et manger des burgers au poulet, nous sommes partis à Alligator Gorge pour une petite randonnée de 1 heure sous une trentaine de degrés. Ces jolies gorges rougeâtres sont situées dans le parc national de Mt Remarkable où il n’y a pas d’alligators contrairement à ce que l’on pourrait penser avec cette appellation !

Jour 2 – Coober Pedy

Nous avons beaucoup roulé ce deuxième jour de 7h du matin jusqu’à 15h (avec une petite pause déjeuner évidemment). Nous sommes donc arrivés en milieu d’après-midi à Coober Pedy, une petite ville à mi-chemin entre Adelaïde et Alice Springs, où nous avons posé nos bagages dans un immense dortoir troglodyte où nous passerons la nuit.

Elle est connue comme étant la capitale mondiale de production d’opale, nous sommes donc allés faire une visite guidée intéressante au Umoona Opal Mine & Museum. Au programme, nous avons vu une vidéo d’une vingtaine de minutes racontant l’histoire de l’Opal en Australie puis nous avons visité une ancienne mine d’opale et une maison troglodyte. Il y a plusieurs tours guidés de ce type organisés chaque jour pour 12$ par personne.

Nous sommes ensuite allés manger dans une pizzeria dans cette ville un peu fantôme avant d’aller voir des bébés kangourous. Le Josephine’s Gallery & Kangaroo Orphanage est à la fois une boutique de vente d’art aborigène (boomerang, peinture, didgeridoo) et un orphelinat pour les jerseys (bébé kangourou) qui ont été privés de leur maman suite à un accident de voiture par exemple. J’ai pu voir le nourrissage au biberon d’un baby kangourou, en journée il est apparemment possible d’y assister vers midi et vers 17h.

Jour 3 – Arrivée dans le Northern Territory

La troisième journée n’a pas été très productive en terme de découverte. Nous avons énormément roulé, de 7h du matin jusqu’à 16h pour enfin arriver dans le Northern Territory. Pendant les longs trajets de bus, on discute, on fait des siestes, on bouquine ou on écoute de la musique comme cette chanson que j’ai découverte pendant ce périple australien :

Assise dans un mini bus avec une dizaine de voyageurs, les paysages du bush australien défilent devant mes yeux. Notre guide australien met alors cette chanson qui raconte les aventures d’un voyageur en Europe. On est tous concentré sur les paroles et à applaudir quand notre ville/pays est cité(e)… Un super souvenir qui représente les sentiments que l’on peut ressentir en voyagent à l’autre bout du monde, ouvert aux autres mais aussi fière de nos pays respectifs 

Nous avons fait une petite pause dans un mini lac juste avant d’arriver au camping qui est à une trentaine de kilomètres de King’s Canyon. A cause des fortes chaleurs (supérieur à 35 degrés), la randonnée au King’s Canyon sera au programme du lendemain matin « à la fraîche ». Mais le camping était équipé d’une piscine, nous avons donc sauté dans l’eau pour nous rafraîchir avant de manger et de faire tous ensemble notre première nuit à la belle étoile. Chacun dans un swag, une sorte de sac de couchage qui contre toute attente est très confortable avec un matelas assez épais. Une fois qu’on arrive à oublier les petites bêtes qui pourraient venir nous rendre visite, la nuit devient très agréable ! Dormir dans le bush australien à la belle étoile est vraiment une expérience hors norme…

 

Jour 4 – King’s Canyon et coucher de soleil à Uluru

Comme je l’expliquais dans la journée précédente, à cause des fortes chaleurs il est déconseillé de partir faire des randonnées trop tard et il faut rentrer avant 11h du matin. Nous nous sommes donc levés à l’aube, comprenez 5h du matin et nous avons commencé à marcher à 7h. Le matin, la lumière du soleil est vraiment magnifique sur les rochers du King’s Canyon. La randonnée faisait 6 kilomètres et nous avons mis 3 heures avec beaucoup d’arrêts photos. A part au début où ça grimpe pas mal, cette balade est assez facile.

Les points de vue sont époustouflants et mon coup de coeur revient au petit lac coincé entre les falaises appelé « Garden of Eden ».

De retour au camping, nous avons fait un petit plongeon dans la piscine avant de repartir sur les routes direction Uluru ! 3 heures plus tard, nous sommes arrivés à notre nouveau campement au porte du site de l’Ayers Rock-Uluru. Pour oublier les 38 degrés, nous avons farnienté un peu à la piscine puis Dan nous a emmené au fameux point de vue à partir duquel on voit toutes les photos sur internet. Chaises, bières, apéro, séance photo, un moment magique à contempler le coucher de soleil sur le rocher Ayers Rock-Uluru.

Jour 5 – Uluru et Kata Tjuta

Petit aparté culturel, le parc national Uluru-Kata Tjuta est classé au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1987. Il est situé dans le coeur rouge (le Red Centre) de l’Australie, c’est un site riche en culture aborigène. En effet, c’est un lieu très spirituel pour le peuple aborigène, les premiers humains à avoir peuplé l’Australie. Selon leurs croyances, ce site aurait été crée par leurs ancêtres, c’est donc un endroit sacré. Uluru qui est le nom aborigène de cet immense rocher rouge au milieu du désert est connu aussi sous l’appellation Ayers Rock. Juste à côté, il y a le Kata Tjuta, une autre formation rocheuse impressionnante et importante pour les aborigènes. L’accès au parc national est payant et coûte 25$ valable pendant 3 jours (l’entrée était incluse dans le prix payé pour l’excursion).

Après avoir passé une nouvelle nuit à la belle étoile, nous avons commencé la journée par regarder le lever de soleil sur Uluru (à gauche) et Kata Tjuta (à droite) depuis le point de vue du camping « Ayers Rock Resort ».

Nous sommes ensuite partis à 7h du matin direction Kata Tjuta à 45 minutes de route depuis le camping. On a fait la randonnée « Full circuit » c’est-à-dire 7,4 kilomètres en 3 heures. Ce n’était pas très difficile, il y a un petit peu de montée et la majorité du parcours se fait en marchant sur des cailloux et parfois sur la paroi. J’ai vraiment adoré cette balade au milieu des rocheux avec des paysages encore magnifiques. 

Après la randonnée, nous avons passé une petite heure au « Cultural Centre » qui explique l’histoire des aborigènes et de ces lieux sacrés. Il y a aussi une salle où des femmes aborigènes font des peintures typiques très belles (photos interdites). Et après avoir avaler un petit encas au camping, Dan nous emmène à Uluru où nous avons fait la « Mala Walk » qui fait juste 2 kilomètres. C’est un chemin très facile au pied du rocher avec des panneaux d’informations et des explications intéressantes de notre guide. Il faisait néanmoins très chaud et il y avait beaucoup beaucoup de mouches qui se posent tranquillement sur ton visage 

La journée se termine avec un nouveau saut dans la piscine pendant que 2 filles du groupe font un saut en parachute au-dessus d’Uluru. Cette activité est en option et coûte environ 300 euros. Avant de faire une nouvelle nuit à la belle étoile, nous sommes allés observer le coucher de soleil depuis le même point de vue du matin même !

Jour 6 – Uluru et Alice Springs

Et le dernier jour du périple arrive déjà et on ne change pas les bonnes habitudes : réveil à 5h du matin ! Et on prend la direction de notre dernière randonnée très facile de 10 kilomètres pour faire le tour complet du fameux rocher. De nouveau les couleurs sont absolument magnifiques, le soleil se lève pendant qu’on commence cette marche de deux heures… Juste magique…

Aujourd’hui monter sur Uluru est encore autorisé mais fortement déconseillé et ceux pour 2 raisons : c’est dangereux et c’est irrespectueux envers le peuple aborigène. A partir d’octobre 2019 il sera enfin strictement interdit de grimper sur le célèbre rocher !

Nous disons ensuite au revoir à ces paysages et nous prenons la route pour aller à notre destination finale, Alice Springs. Nous ferons une pause sur le trajet dans une « ferme » de chameau où il est possible pour 9$ de faire un tout petit tour de chameau. Dan nous dépose ensuite chacun notre tour à notre auberge de jeunesse dans Alice Springs et on se donne tous rendez-vous à 19h au Diplomat pour manger et boire un verre une dernière fois tous ensemble !

J’avais réservé à l’auberge de jeunesse très correct « Jump Inn » à 24$ la nuit, avec salle de bain et toilette dans le dortoir, et le must une piscine ! Je suis partie le lendemain d’Alice Springs pour prendre un avion en direction de Sydney (shuttle réservé auprès de l’auberge pour 14,50$).

Bilan de ces six jours

Je ne suis pas fan à la base des excursions organisées, j’aime bien être libre. Pour une journée, c’est parfois très pratique comme celles que j’avais faites au Vietnam. Partir plusieurs jours avec un groupe ce fut une première pour moi et je ne regrette absolument pas ! Ce circuit était très bien organisé et j’ai eu la chance de tomber sur une très bonne équipe, j’ai passé de très bons moments de rigolade, l’ambiance est extrêmement importante pour ce type d’expérience. Deux françaises du groupe m’ont raconté qu’elles avaient fait l’excursion de la Great Ocean Road avec le même organisme. Mais malheureusement il n’y avait pas de cohésion dans le groupe et cela avaient bien gâché le périple. Le guide est aussi très important, malgré son pure accent du bush australien (quasiment incompréhensible pour mes oreilles), Dan est passionné par son métier et connaît énormément de choses. Le seul petit point négatif serait au niveau de la nourriture, on a souvent mangé la même chose c’est-à-dire burger, tacos et pâtes ! 

Concernant le « Red Centre », c’est un endroit pour moi incontournable avec des paysages absolument magnifiques et de superbes randonnées. On a beaucoup roulé, on s’est levé très tôt tous les matins, il a fait très chaud et les mouches sont vraiment pénibles mais ça valait complètement le coup ! 

Pas de commentaire

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.